Lancement d’une démarche régionale d’évaluation des applications de notification aux riverains des épandages agricoles (mesures 2.2 et 2.1)

publié le 14 mai 2020 (modifié le 20 mai 2020)

L’information des riverains et personnes présentes aux alentours des parcelles agricoles constitue un enjeu pour limiter ou éviter les expositions aux produits phytosanitaires. Pendant la période de confinement liée au Covid-19, la sensibilité a été exacerbée dans certains territoires.

Au-delà des systèmes de communications traditionnels (téléphones, réseaux sociaux,…), quelques opérateurs à ce jour ont développé des applications pour gérer spécifiquement ce risque. Nous pouvons citer :

  • le syndicat de défense de l’AOP Pomme du Limousin qui vient de lancer son application Phyto’alerte Limousin dans le cadre de la charte pour une arboriculture mieux intégrée à son environnement (développement financé par la DREAL suite à l’appel à projets 2019)
  • la société dijonnaise Deaverde qui commercialise une solution brevetée à destination des professionnels agricoles permettant la notification des traitements aux riverains et personnes présentes aux alentours des parcelles (salariés, intervenants extérieurs,…).

Dans le cadre de l’accompagnement prévu dans la mesure 2.2, la DREAL a demandé à son opérateur ATMO Nouvelle-Aquitaine, d’identifier et d’animer un groupe de travail associant des acteurs régionaux testeurs de telles solutions. Ce groupe aura vocation à en évaluer l’intérêt, notamment en matière de perception par les riverains et les exploitants afin d’alimenter les travaux de la mesure 2.1 (recensement des initiatives locales).
Ainsi, pour cette campagne de traitement 2020, la société Deaverde proposera aux professionnels agricoles de Nouvelle-Aquitaine de tester sa solution. Les tests pourront être réalisés à l’échelle d’une exploitation, d’un groupe d’exploitation sur un territoire et idéalement associer plusieurs opérateurs (distributeurs, conseillers, enseignants). Une évaluation partagée sera coordonnée par ATMO et associera Mathilde Hermelin-Burnol, doctorante en géographie de l’Université de Poitiers (Laboratoire Ruralités), dont le projet de thèse s’intitule : “Le périurbain, le rural français et les pesticides : inégalités environnementales et reconfigurations territoriales”.

Les professionnels et organisations intéressées pour tester ces solutions dans le cadre de cette expérimentation sont invités à se rapprocher de la société Deaverde et d’ATMO Nouvelle-Aquitaine.
Contacts :